Ismaël Lô

Ismaël Lô

Avec son harmonica et sa guitare, Iso Lô (c'est son surnom à Dakar) a donné au trépidant mbalax sénégalais un tempo plus cool, un son plus mélodique, proche parfois du rythm'n'blues. Il est considéré comme l'un des meilleurs chanteurs de folk africain.

à propos

Ismaël Lô est né le 30 août 1956 à Dogondoutchi, au Niger.

Au départ, il ne sait pas trop à quel art se vouer. Son cœur balance entre la guitare et le pinceau qu’il manie avec une habileté égale. La semaine, il étudie à l’école des Arts à Dakar où il s’est inscrit à la mort de son père sénégalais (sa mère, elle, est nigérienne) en 1970 et le week-end il joue les maîtres à danser.

Diamoniaque. C’est la musique qui a finalement sa préférence. Il part en tournée, avec pour seuls bagages une guitare et un harmonica. Sa route croise celle du Super Diamono, un groupe alors adulé par la jeunesse du pays. C’est le début pour lui d’une autre aventure. Après quelques années de vie commune et de succès partagé, Ismaël Lo reprend son indépendance.

Ancien et moderne. Il s’entoure de musiciens capables de composer aussi bien avec les rythmes locaux du mbalax qu’avec la soul, le rhythm’n’blues, les mélodies mandingues, bref, tout ce qui fait la trame de son inspiration.

Sobre. En 1990, il trouve enfin une crédibilité internationale avec « Tajabone », une ballade tissée au fil acoustique. Un parti pris de sobriété qu’il développe à nouveau dans son album suivant, Iso, où viennent se glisser un quatuor à cordes et un piano.

Trouvère. En bon troubadour moderne, Ismaël Lô poursuit son chemin d’un pas lent et résolu. Sans sacrifier aux modes, sans ajouter des gadgets sonores ou des collaborations opportunistes, sa musique chante la terre d’Afrique avec justesse et malice.

oeuvre(s) associée(s)